Choisir sa toiture de maison

Tuile
La toiture doit :

  • Résister aux vents,
  • Résister au gel,
  • Etre imperméable,
  • Etre capable de porter le poids de la neige éventuelle ou d’une personne intervenant sur le toit,
  • Pouvoir résister à des chocs provoqués par des débris soulevés par le vent (ex : branches), à la grêle.

La tuile permet bien de répondre à ces impératifs.

  • Elle résiste aux vents parce qu’en terre cuite ou en béton (le poids au m² est voisin) elle est lourde.
  • A base d’argile ou de béton elle est aussi imperméable et imputrescible.
  • La tuile en terre cuite résiste mal aux chocs et aux poids mais moins que certains autres matériaux. Elle n’est pas réparable, en cas de bris il faut la changer.
  • Elle résiste bien au gel, et encore mieux si elle est en béton, elle est imputrescible et a une durée de vie de l’ordre de 50 ans.
    Il en existe plusieurs sortes en dimensions et couleurs (pas uniquement rouge) qui combinent plus ou moins facilité de pose et esthétisme : la toiture se voit de l’extérieur, c’est un élément important de son aspect. Pour cette raison, elle est disponible en plusieurs couleurs (si elles sont autorisées localement ; voir certificat d’urbanisme).

Le coût de la tuile est très variable selon le modèle choisi et le type de recouvrement qui peuvent obliger à poser de 12 à 100 tuiles au m².

La tuile canal

C’est la tuile historique, demi ronde, creuse, méditerranéenne voire romaine.

Elle est facile à poser, ne s’accommode pas de pentes fortes, mais résiste peu à la neige (elle s’infiltre ou remonte par capillarité) et à la pluie sous fort vent (elle passe entre les tuiles et remonte).

Pour compenser ces inconvénients, elle est alors doublée par un film plastique (étanche pour protéger la charpente et l’isolant mais respirant pour permettre à la maison d’évacuer son humidité intérieure) ou un enduit de bitume en sous face.

La tuile plate
C’est la tuile utilisée dans le nord de la France, la région parisienne et pratiquement toute l’Europe du Nord.

Elle permet des pentes beaucoup plus importante que la tuile canal.

Historiquement, les tuiles étaient posées côte à côte avec un joint entre chaque tuile, puis elles ont été posées en double (chaque tuile se recouvre de 50 % tant en hauteur qu’en largeur).

Aujourd’hui, ce sont plutôt des tuiles plates à emboitement qui sont mises en œuvre.

Tuiles à emboitement (mécanique)
Elles peuvent être canal ou plate.

L’emboitement évite la fixation individuelle de chaque tuile sur la charpente.

Ardoise
A l’état naturel, c’est une roche, découpée en plaques fines qui sont disposées sur le toit. Mais elle est disponible aussi en fibres-ciment, évidemment sans amiante qui a été remplacée par des fibres synthétiques.

Ardoise
Elle est non poreuse, incombustible, résistante au gel, aux mousses et aux années : jusqu’à 150 ans pour les ardoises naturelles (on n’a pas encore un recul égal pour les ardoises synthétiques). Elle nécessite donc peu d’entretien, garde sa couleur dans le temps.

Elle peut être posée sur des toits très en pente (montagne).

De couleur naturellement (et exclusivement) sombre (noire, grise ou bleutée) elle donne un excellent aspect esthétique à la maison.

Elle est plus couteuse que la tuile, plus exigeante pour sa pose mains moins lourde (incidence sur la charpente).

Chaume
C’est un matériau naturel, végétal (blé, seigle ou roseau), donc écologique qui se pose sur des toits pentus et nécessite un savoir-faire exigeant.

La toiture en chaume est incombustible, étanche et procure une bonne isolation phonique et thermique.

Mais elle doit être entretenue tous les 3 à 5 ans pour conserver son étanchéité.

Sa durée de vie est de l’ordre de 50 ans. A condition d’être surs que d’ici là il y aura encore des chaumiers pour l’entretenir !

Végétalisée

C’est de la terre plus une couche végétale naturelle qui se posent sur des toitures peu en pente (voire toitures terrasses).

La toiture végétalisée est naturelle et esthétique. Et surtout écologique : elle filtre les apports d’eau, évite leur rejet massif dans les égouts.

Zinc
Naturel et quasiment 100 % recyclable, le zinc a des atouts nombreux :

Il est léger, il s’adapte à toutes les structures et toutes les formes, il est facile à travailler (en exigeant toutefois un spécialiste), et, au final, il est économique.
Il résiste au temps : une patine se forme sur sa surface, de sorte qu’elle protège le zinc lui-même.

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *